Washington : la Guinée menacée de sanctions par les Etats-Unis…

WASHINGTON-Le Département d‘État américain a publié ce mardi 27 juin son rapport 2017 sur les pays dans lesquels sévissent encore les trafics d’êtres humains et la traite des personnes. La Guinée est citée dans la short-list des pays classés sur la liste noire par l’Administration de Donald Trump.

En Afrique, six pays sont classés dans le niveau le plus dangereux du trafic de personnes, nommé « tier3 ». Dans ce sombre tableau, se trouvent la République Démocratique du Congo (RDC) le Mali, la Guinée, les Comores, la République centrafricaine et le Burundi. Ces pays sont accusés de laisser prospérer le phénomène des enfants-soldats, le travail forcé, le trafic sexuel.

Les Etats-Unis ne tolèrent pas cette pratique. La traite des êtres humains est l’une des questions les plus tragiques en matière de droits de l’homme de notre époque, écrit Rex Tillerson, le Secrétaire d’Etat Américain.

« Elle déforme les marchés mondiaux, porte atteinte à la règle de droit et stimule d’autres activités criminelles transnationales. Elle menace la sécurité publique et la sécurité nationale. Mais pire, le crime prive les êtres humains de leur liberté et de leur dignité. C’est pourquoi nous devons mettre un terme au fléau de la traite des êtres humains. Aujourd’hui, nous franchissons une autre étape clé vers cet objectif. Le Rapport 2017 sur la traite des personnes souligne les succès obtenus et les défis qui restent devant nous sur cette importante question mondiale », écrit le Rex Tillerson dans un message posté sur le site du département d’Etat américain.

Les États-Unis recommandent une meilleure législation sur le trafic de personne et la dénonciation des groupes faisant appel aux enfants-soldats. Au cas échéant, Washington pourrait entreprendre des sanctions à l’encontre des pays classés au niveau “tier 3”.

Ces sanctions vont de la restriction dans l’assistance américaine à l’arrêt des échanges culturels ou éducatifs avec les États-Unis. Le Gouvernement guinéen n’a pas encore réagi sur ce rapport qui du reste sonne comme un camouflet. Deux ministres qui ont été joints par notre rédaction n’ont pas voulu commenter ce rapport.

Affaire à suivre…

Source: africaguinee.com